Dura lex sed lex

Quoi de plus terrifiant et à la fois de plus beau que d’arbitrer un spectacle de Smoking Sofa ?

Chacun de ces spectacles me met face à la dureté de ce monde.
La concurrence acharnée à laquelle se livrent ces gladiateurs de la direction. L’avis indiscutable du public. Les doutes et la manipulation instillés par ceux qui crient plus fort que les autres. La profonde injustice des moyens mis à ma disposition pour départager deux ex-æquo.
Les décisions irrévocables qu’il est de mon devoir d’entériner durcissent mon cœur car je sais qu’il n’est nulle place pour les larmes et la supplication sur cette scène.

Quelle étrangeté que ces instants soient également si beaux.
La participation impromptue d’une mère aimante. L’audace des ces directeurs rompus aux techniques de l’improvisation. Une intimité avec le public réconfortante et chaleureuse. Des questions à jamais restées sans réponse qui me transportent dans un monde où tout n’est pas écrit d’avance et où une place de roi est laissée au mystère.
J’estime que c’est un immense privilège d’encadrer et de supporter des moments exceptionnels comme ceux-ci.

Alors oui, Ouardane s’est battu vaillamment et il a remporté pour la deuxième fois cette année la ceinture tant convoitée. Mais la victoire n’appartient pas à un seul homme, elle est le fait du groupe tout entier. J’aimerais adresser à Camille cette phrase de Gandhi issue de ses lettres à l’Ashram :

C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire.

Un commentaire

  • Camille dit :

    Mais je m’en fous de l’effort : moi je veux gagner cette compétition ! les autres ont tous gagné, moi jamais ! Même Gandhi il trouve que je suis une méga looseuse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *