Sans le faire exprès, ils improvisent Phèdre en intégralité

L’improbable est arrivé samedi dernier lors d’un spectacle d’improvisation qui, a priori, ne devait rien avoir d’exceptionnel. La troupe des Improthésistes a joué l’intégralité de la pièce Phèdre, écrite par Jean Racine en 1677, sans le savoir. Il s’agissait à l’origine d’improviser une scène rimée, de fil en aiguille et au gré du hasard, les improvisateurs ont fini par prononcer tous les mots, dans l’ordre, de la tragédie classique.

« Aucun de nous n’a jamais lu la pièce de Racine », confie Sophie qui jouait ce soir-là le rôle de Phèdre, « J’avais l’impression d’en faire un peu trop, mais l’histoire a pris et le public avait l’air de bien aimer, même si on n’a pas eu beaucoup de rires. À un moment j’ai voulu faire un jeu-de-mot avec le prénom « Théramène », finalement j’ai bien fait de me retenir… ».

D’un point de vue scientifique, la chose est tout à fait exceptionnelle sans être impossible. « D’après le paradoxe du singe savant, si l’on laisse un singe taper à la machine à écrire pendant un temps infini, il écrira, à un moment donné, Hamlet de Shakespeare. », raconte le Pr Jean Barthélémy, spécialiste des probabilités, « Ici le singe a été remplacé par une troupe d’improvisation amateur et la machine à écrire par une scène de théâtre. Ça ne m’étonne pas tant que ça, cela fait des années que ces gens improvisent des textes, il fallait bien qu’ils tombent un jour sur quelque chose qui existe déjà ».

Une probabilité non nulle qui n’enlève rien au caractère extraordinaire de l’événement. Sylvie, professeur de littérature, a assisté à la représentation : « Au début je trouvais juste que c’était assez fort d’improviser en alexandrins, je n’étais pas sûre qu’ils se rendaient compte de la complexité de ce qu’ils étaient en train de faire. Et puis c’est au début de l’Acte 3, quand on voit Thésée revenir que je me suis dit que cette histoire me rappelait quelque chose ». L’agrégée a alors recherché une version de la pièce de Racine sur son téléphone et a pu suivre le reste du texte à la virgule près.

Globalement, le public ne s’y est pas trompé, dès le lendemain on pouvait lire sur le site de réservation en ligne Billetréduc des critiques dithyrambiques : « Les improvisateur sont trop fort avec les contrainte j’ai adoré la scène avec des rimes, on s’y saurai cru » (4.5/5), « Ça fait 12 ans que je fais de l’impro et j’avoue que j’ai été scotché par la performance. Tenir une rimée pendant 1h30… Chapeau ! » (4/5). Seul un dénommé pikabu91 émet quelques réserves « J’avais proposé « visite chez le proctologue » et ça n’a même pas été utilisé, à la place ils ont pris « amour impossible ». Sérieux si c’est pour pas prendre les suggestions du public, c’est pas la peine de faire de l’impro ! » (0/5).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *